Dafen et ses peintres de Montmartre 2/2

hong-kong-shenzhen-dafen-streetUne fois sortis du métro à Dafen, il ne faut que quelques minutes de marche pour rejoindre le quartier des peintres. L’endroit est connu pour alimenter les vendeurs de souvenirs illustrés de par le monde, notamment à Paris, et plus spécifiquement à Montmartre, tuant dans la foulée les artistes de la place du Tertre.

hong-kong-shenzhen-dafen-painting-triesOn peut choisir de ne voir ce quartier que comme un repaire de faussaires, mais il ne faut pas perdre de vue le fait que les personnes qui s’enrichissent le plus sur ce type de trafic, comme souvent, ne sont pas à ce niveau du réseau. Quoi qu’il en soit, les œuvres ne sortent pas d’usines robotisées et le talent des artisans de Dafen est indéniable. Certes, certains trichent quelque peu en imprimant des versions déjà dessinées des produits visé, mais la majorité des peintres suit plus simplement un processus d’essai, erreur et correction constatable directement dans les ateliers qui débordent sur la rue.

hong-kong-shenzhen-dafen-painting

hong-kong-shenzhen-dafen-painting-varietyLa superposition continue des étapes de création, multiples composants et achalandages variés instaure une ambiance particulièrement éclectique dans le village.

hong-kong-shenzhen-dafen-place

hong-kong-shenzhen-dafen-eclecticism hong-kong-shenzhen-dafen-street-art
hong-kong-shenzhen-dafen-paintings hong-kong-shenzhen-dafen-street-feel

Dans l’ensemble, c’est donc une chouette balade, ainsi qu’une bonne source de cadeaux et/ou souvenirs à ramener pour les amateurs ; avec toutefois un léger détail : l’anglais n’est pas forcément généralisé.

attention à la marche glissez prudemment / avec soin

attention à la marche
glissez prudemment / avec soin

Enfin, question confort de voyage, les toilettes en Chine sont très majoritairement sans cuvette (à part dans certains grands centres commerciaux). Personnellement, c’était la première fois que je voyais des « toilettes turques » en imitation marbre.

Publicités

Dafen et ses peintres de Montmartre 1/2

hong-kong-shenzhen-streethong-kong-shenzhen-cityA une petite heure de Hong Kong, juste après  la frontière chinoise, commence la ville de Shenzhen (深圳). Accessible grâce à un visa spécifique de 5 jours à 168 yuans pour les français (il paraît que les anglais paient plus cher), elle semble être vue comme un supermarché géant par nombre de Hongkongais qui viennent s’y ravitailler pour considérablement moins cher que sur leur île. Plusieurs villages sont inclus dans sa gigantesque zone de conurbation, dont Dafen (大芬), résidence des peintres exportateurs.

L’obtention du visa prend un peu de temps et se fait en 5 étapes :
1. prendre un numéro pour la file d’attente
2. remplir le document d’entrée dans le pays avec tous les détails habituels du passeport, raison(s) de la visite, résidence, etc.
3. à l’appel du numéro, donner le papier et son passeport à un premier guichet puis attendre que la personne vérifie toutes les informations
4. passer au guichet d’à côté pour payer le visa (en yuans uniquement, les dollars hongkongais ne sont pas acceptés)
5. attendre que notre numéro soit appelé à nouveau, par la personne qui colle les visas dans les passeports cette fois, pour récupérer le tout.

hong-kong-shenzhen-street-lightshong-kong-shenzhen-street-foodHeureusement, nous avions super M. avec nous, donc tout s’est bien passé et nous avons rapidement repris le cours de notre escapade en Chine frontalière, en commençant par une courte escale dans la ville de Shenzhen-même afin de trouver de quoi grignoter et voir un peu à quoi ressemble une ville chinoise.

L’ancien village des années 70 a laissé place à une ville de plus de 10 millions d’habitants, bénéficiant à la fois de la classification en « zone économique spéciale«  (ouverte aux capitaux étrangers, subventions à l’installation, etc.) et de sa position géographique particulière. Personnellement, tout m’a semblé gigantesque, assourdissant et hyperactif, des immeubles aux néons grésillants en passant par le flux des promeneurs, mais c’était mes premiers pas en Chine et je suis facilement impressionnable. Certains coins de Tôkyô m’avaient fait le même effet.

Il y a assez peu de sous-titrage pour non-sinophones, aussi la stratégie du « bah, y’aura bien un truc en anglais quelque part, au pire on va dans une chaîne internationale » peut-elle se révéler chronophage, voire infructueuse. Cependant, dans beaucoup de marchés couverts, les stands disposent de menus avec des images ou d’étals suffisamment explicites.

hong-kong-shenzhen-marketUne fois les gardiens du manger combattus, nous avons repris la route vers le village de Dafen, proche en métro mais tout de même bien plus tranquille pour les fragiles du palpitants tels que je.

hong-kong-shenzhen-mascotA savoir : les titres de transports dans le métro sont des jetons, et il faut passer des portiques de sécurité à chaque entrée dans une station. Les trajets coûtent autour de 2 à 4 yuans.

hong-kong-shenzhen-subway-token hong-kong-shenzhen-subway-security-check

Les Jésus moches de la National Gallery à Londres

Parce que quitte à profiter de la gratuité des musées londoniens pour en faire le tour, autant se permettre une petite thématique guillerette. Aujourd’hui donc : les Jésus moches, avec bonus Joseph-blasé-dans-le-fond. Que des détails et non les tableaux entiers, sinon on verrait encore moins bien :

Vincenzo Catena (1470-1531) : Guerrier adorant le Christ et la Vierge, après 1520

Vincenzo Catena (1470-1531) : Guerrier adorant le Christ et la Vierge, après 1520

Andrea Previtali (1480-1528) : Vierge à l'Enfant avec une branche d'olivier, vers 1515

Andrea Previtali (1480-1528) : Vierge à l’Enfant avec une branche d’olivier, vers 1515

Jésus-les-longs-bras :

Albrecht Altdorfer (1488-1538) : Les Adieux du Christ à Marie, vers 1520

Albrecht Altdorfer (1488-1538) : Les Adieux du Christ à Marie, vers 1520

Bartholomaeus Spranger (1546-1611) : L'Adoration des Rois, vers 1595

Bartholomaeus Spranger (1546-1611) : L’Adoration des Rois, vers 1595

Juste pour le Jésus roux :

Giovanni Battista Naldini (1537-1591) : Lamentation sur le Christ mort, vers 1572

Giovanni Battista Naldini (1537-1591) : Lamentation sur le Christ mort, vers 1572

Andrea del Sarto (1486-1530) : La Vierge et l'Enfant avec sainte Élisabeth et saint Jean Baptiste, vers 1513

Andrea del Sarto (1486-1530) : La Vierge et l’Enfant avec sainte Élisabeth et saint Jean Baptiste, vers 1513

Lodovico Mazzolino (1480-1528) :  La Sainte Famille et saint Nicolas Tolentino, vers 1515-30

Lodovico Mazzolino (1480-1528) : La Sainte Famille et saint Nicolas Tolentino, vers 1515-30

Jésus a un peu l’impression que Jean-Baptiste, ce passif-agressif de service, le prend pour un jambon à tenter de lui refiler un symbole de sa souffrance à venir pendant que Joseph aimerait bien rentrer maintenant quand même :

Garofalo (1481-1559) : La Sainte Famille avec saints, vers 1520

Garofalo (1481-1559) : La Sainte Famille avec saints, vers 1520

Artiste inconnu : La Vierge à l'Enfant et l'homme de douleur, vers 1260

Artiste inconnu : La Vierge à l’Enfant et l’homme de douleur, vers 1260

Les aventures de Jésus le jardinier, aujourd’hui « l’herbe qui rend heureux » :

(attribué à) Jan Provost (1465-1529) : La Vierge et l'Enfant dans un paysage, date inconnue

(attribué à) Jan Provost (1465-1529) : La Vierge et l’Enfant dans un paysage, date inconnue

Giovanni di Paolo (1395-1482) : Le baptême du Christ, 1454

Giovanni di Paolo (1395-1482) : Le baptême du Christ, 1454

Dès le départ le concept de l’hostie à fait râler :

Ercole de Roberti (1451-1496) : L'institution de l'Eucharistie, vers 1490

Ercole de Roberti (1451-1496) : L’institution de l’Eucharistie, vers 1490

L’inspiration d’une célèbre scène de film :

Robert Campin (1378-1444) ou membre de son atelier : Vierge à l'Enfant devant la cheminée, vers 1425-30

Robert Campin (1378-1444) ou membre de son atelier : Vierge à l’Enfant devant la cheminée, vers 1425-30

Jan Baegert, Maître de Cappenberg (1465-1535) : Christ devant Pilate, vers 1520

Jan Baegert, Maître de Cappenberg (1465-1535) : Christ devant Pilate, vers 1520

Saint J-B,très choqué que papi épouille Jésus après sa mort :

Marco Zoppo (1434-1478) : Le Christ mort soutenu par deux saints, vers 1465

Marco Zoppo (1434-1478) : Le Christ mort soutenu par deux saints, vers 1465

Luca Signorelli (1450-1524) : L'Adoration des bergers, vers 1496

Luca Signorelli (1450-1524) : L’Adoration des bergers, vers 1496

Jan de Beer (1475-1528) et son atelier : Vierge à l'Enfant sur un trône avec saints, vers 1515-20

Jan de Beer (1475-1528) et son atelier : Vierge à l’Enfant sur un trône avec saints, vers 1515-20

Où Jésus veut bien votre âme, mais plutôt pour la manger :

Pieter Brueghel l'Ancien (1525-1569) : L'Adoration des mages, 1564

Pieter Brueghel l’Ancien (1525-1569) : L’Adoration des mages, 1564

Avec un bonus « Histoire du twerk : la renaissance » ▼

Master of Delft (env. 1470-1520) :  Scènes de la Passion du Christ, vers 1510

Master of Delft (env. 1470-1520) : Scènes de la Passion du Christ, vers 1510

Sous le regard consterné des saints Barthélemy et André :

Ugolino di Nerio (1280-1349) : Polyptyque de l'église Santa Croce de Florence, 1325

Ugolino di Nerio (1280-1349) : Polyptyque de l’église Santa Croce de Florence, 1325