Six mois : récapitulatif via bazar photographique 2.0

C’est de la triche je sais mais les photos sont assez difficiles à mettre en page dans le contenu des articles, ça ne marche jamais comme je veux parce que je suis une empotée de l’interface utilisateur, donc c’est plus simple comme ça.

appétissante enseigne au marché de noël de Manchester

appétissante enseigne au marché de noël de Manchester

Elvis se cache en fait au premier étage du marché couvert de Cardiff

Elvis se cache en fait au premier étage du marché couvert de Cardiff

Dumbledore est à Londres :

haniwa 埴輪, préfecture d'Ibaraki, Japon, environ -500, British museum

haniwa 埴輪, préfecture d’Ibaraki, Japon, environ -500, British museum

Pendant que le Tibet fabrique des trompettes en fémurs humains :

XIXème siècle, British museum

XIXème siècle, British museum

Selon votre affection de l’argot, le nom de ce pub londonien peut se lire « la taverne du vieux coq » ou « la taverne de la vieille bite » :

même si pour être honnête ils ont un poulet sur leur enseigne

même si pour être honnête ils ont un poulet sur leur enseigne

A Bath, l’église de Saint Michel En-Dehors possède non seulement une boutique mais également un café :

"en-dehors" parce que première église construite à l'extérieur des murs de la ville

« en-dehors » parce que première église construite à l’extérieur des murs de la ville

devanture attrayante à Bath

devanture attrayante à Bath

Partie sauvetage de l’âme :

Jésus espionne les visiteurs de la cathédrale de Chester depuis les recoins des vitraux

Jésus espionne les visiteurs de la cathédrale de Chester depuis les recoins des vitraux

ange déprimé à la cathédrale de Bristol

ange déprimé à la cathédrale de Bristol

un vitrail en l'honneur de World of Warcraft ?

un vitrail en l’honneur de World of Warcraft ?

L’intérieur du donjon normand de Cardiff, qui n’a pas survécu aux décennies de conflits locaux puis nationaux :

Cardiff norman keep inside

rayon de soleil à Betws-y-Coed

rayon de soleil à Betws-y-Coed

à Caernarfon, les affiches seront en latin avant de considérer l'anglais

à Caernarfon, les affiches seront en latin avant de considérer l’anglais

Proposition galloise pour régler ce problème de la conduite sur le bon ou mauvaise côté de la route :

They see me rollin' ♪

They see me rollin’ ♪

Et parce qu’ébouillanter les gens est tellement plus convivial que de mettre de fichus mélangeurs :

" attention cette eau peut devenir très chaude, faites attention s'il-vous-plait "

« attention cette eau peut devenir très chaude, faites attention s’il-vous-plait »

Enfin, bonus « et bon appétit bien sûr » :

Publicités

Le marché de noël de Manchester

l'hôtel de ville de Manchester et son père noël biphasé

l’hôtel de ville de Manchester, son père noël biphasé et son drapeau anglais

Avec à peine trois mois de retard, hum. Donc courant décembre, avec P. et M. (laquelle déposait à l’aéroport son frère et ses trois amis pour mieux récupérer deux autres potes [insérez ici une blague de bon goût sur les Allemands envahissants]), nous sommes allées profiter de l’ambiance commerciale aromatisée au vin chaud qui s’était emparée de Manchester. Le résumé de l’histoire pour ceux qui auraient la flemme de lire ce bébé-article c’est que ce marché de noël vaut la peine, qu’il est sans surprise plus cher que ceux du nord du Pays de Galles mais surtout bien plus grand !

auditions en magasin pour devenir renne du père noël

auditions en magasin pour devenir renne du père noël

Manchester christmas market tree tanabata wayLes chalets sont répartis sur plusieurs allées de façon à former une sorte de petit circuit dans la ville, essentiellement – là encore sans grande surprise – à travers ses rues piétonnes. Beaucoup de magasins sur le parcours jouent le jeu et ornent leur vitrine de façon adéquate et/ou terrifiante. Mais nous n’étions pas là pour faire les boutiques et entre un arbre de noël façon tanabata, lourd de tous les souhaits accrochés à ses branches en plastique véritable, un gros chêne en chewing-gum chanteur de joyeusetés saisonnières et une multitude de stands de nourriture (dont la moitié proposaient des pepperonis partout et les autres des oignons, joie), nous avions fort à faire pour trouver des infâmités ramenables en ces bien aimées terres civilisées au courant que le cheddar, toute production laitière parfaitement honorable qu’il soit, ne mérite pas pour autant un rayon entier au supermarché.

depuis sous le père noël, photo spéciale pour agoraphobes ♥

depuis sous le père noël, photo spéciale pour agoraphobes ♥

Manchester city hall stairsIl est fourbement assez facile de se perdre un peu et d’oublier l’heure de son train car les rues sont animées par différents artistes (comme ce chouette groupe de jazz qui reprenait ma chanson préférée du Livre de la jungle de Disney) et les plus gros stands mettent les moyens pour attirer l’attention du chaland : la tête d’orignal ci-dessus par exemple bougeait et chantait en continu. Le mauvais temps chronique a été prévu tant par les visiteurs que par l’organisation et le mieux quand on a soi-même absolument jamais de parapluie sur soi reste de se joindre aux autres passants et d’investir la mairie (town hall en hérétique). Datant de la seconde moitié du XIXème siècle, cette modeste cabane victorienno-néo-gothique s’étend sur plusieurs étages mais n’accepte les gueux qu’au rez-de-chaussée. Le hall d’entrée héberge quelques statues, dont celle d’un James Joule déprimé par sa housse de téléphone ▼ ainsi qu’un plafond francophone ▼

Manchester city hall James Joule statueManchester city hall dieu et mon droitBonus dérangeant :

c'était terrifiant, au cas où vous vous poseriez la quesion

c’était terrifiant, au cas où vous vous poseriez la quesion

A voir aussi à Manchester :
La cathédrale
La bibliothèque de Chetham et la bibliothèque John Rylands

La bibliothèque John Rylands à Manchester

Manchester John Rylands library keystoneVisitée avec P. un dimanche de marché de Noël en ville et élue meilleur détour emprunté depuis longtemps, la bibliothèque John Rylands a été construite et ouverte au public juste avant l’entrée dans le XXème siècle. Depuis, elle a fusionné avec la bibliothèque de l’université de Manchester et accueille donc touristes comme étudiants sans distinction dans ses salles de lecture (sauf pour l’accès aux plus vieux ouvrages qui nécessite évidemment une procédure longue et douloureuse).

Le bâtiment accueille différentes expositions temporaires en fonction des étages. Actuellement, on peut voir une série de photos sur la situation médicale en Afghanistan dans l’entrée et l’escalier, les premiers livres de traduction entre (vieil) anglais, (ancien) français et flamand dans une première salle (interdiction de photographier tout ça), une vitrine de livres vierges en céramique par une artiste Chinoise mais j’avoue ne pas avoir compris et quelques estampes européennes d’un âge respectable.

Manchester John Rylands library etching

Manchester John Rylands library old french englishLes œuvres sont parfois accompagnées de cartes explicatives ou d’autres dispositifs permettant une expérience un peu différente des textes proposés. A droite par exemple, en plus de la patte de P. en train d’essayer de ranimer l’espèce de téléphone resté bloqué en monolingue, vous pouvez voir un petit bureau sous lequel on peut s’asseoir quelques instants afin de choisir, parmi un catalogue, les phrases que l’on veut entendre prononcer en ancien français ou vieil anglais.

Manchester John Rylands library exhibition

Manchester John Rylands library painted glass

les fenêtres sont sympa aussi

Dans les expositions permanentes on peut notamment croiser deux vieilles presses, d’anciennes cartes géologiques de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, un bout de manuscrit de l’évangile de Jean en grec datant d’environ 125 après J.C. (photos interdites), un peu comme si l’humanité te regardait soudain dans le blanc de l’œil, boum, et une statue représentant la théologie qui guide les sciences et les arts. Point bonus pour les cartels explicatifs (en quelque sorte l’antithèse bienvenue du musée du quai Branly).

Manchester John Rylands library statue John Cassidy theology directing the labours of science and artComme l’a souligné P., la bâtisse a des airs de Poudlard, particulièrement au niveau des escaliers qui mènent à la salle de lecture ainsi que dans ladite salle elle-même :

Manchester John Rylands library reading room

Manchester John Rylands library inside reading roomEn plus, elle possède une salle de repos avec de gros oreillers pour livres flapis, et ça c’est quand même sympa :

Manchester John Rylands library resting room for tired books

Cathédrale de Manchester 2 : le retour de la vengeance

Manchester cathedral angel stoneHA ! Cette fois pas de tournage topophage ni de vigile à tous les coins de piliers cylindriques alors j’en profite pour balancer directement la fameuse pierre saxonne (anglo-saxonne techniquement certes monsieur de la cathédrale qui nous a sauté dessus pour nous raconter des trucs mais ne faisons pas nos difficiles) dite « angel stone », datée du VIIème siècle et sur laquelle l’alphabet runique a été utilisé pour coder du latin qui raconte : « Entre tes mains, ô Seigneur, je remets mon esprit » ► Merci à l’historien Alan Kidd pour ses recherches et sa datation mais avec un poil d’explications sur ta méthode monsieur ça serait encore mieux, vraiment.

Bien. Maintenant, un peu du reste de la bâtisse. Tout d’abord, de l’extérieur, avec toujours ce même bon vieux drapeau anglais :

Manchester cathedralEt un peu de verreries intérieures, avec bonus gros sapin saisonnier et tas de chaises étiquetées, parce qu’il y avait apparemment un après-midi thématique avec une tripotée de lords :Manchester cathedral christmas treeManchester cathedral Humphrey Chetham statueAussi : la statue d’Humphrey Chetham (1580-1653) ◄, riche marchand local qui a fait fortune dans le textile et financé la création d’une « école des manteaux bleus », pour enfants pauvres, ainsi que de la librairie de Chetham plutôt que de donner son argent à la Couronne d’Angleterre qui proposait de le faire chevalier. L’école est par la suite devenue un hôpital, puis une école de musique.

A venir très vite : le marché de noël de Manchester et la bibliothèque John Rylands.

Pour une vue plus complète de la cathédrale et un aperçu de l’école de musique, jetez un oeil à l’article de départ sur la cathédrale de Manchester.

Deux mois et demi : récapitulatif via bazar photographique

Comme je mets plein de photos de côté quand je rédige les articles et que c’est assez frustrant, j’ai décidé d’en sortir quelques unes pour fêter mes premiers mois ici et recommencer sainement à accumuler des clichés au retour des vacances de noël.

depuis la fenêtre de ma chambre

depuis la fenêtre de ma chambre

Wales rocky beach

"tortuellement génial"

« tortuellement génial »

thé gallois : il faut commencer par les sandwichs et monter progressivement (je me suis faite engueuler d'avoir tapé dans les scones d'entrée de jeu)

thé gallois : il faut commencer par les sandwichs et monter progressivement (je me suis faite engueuler d’avoir tapé dans les scones d’entrée de jeu)

l'exposition "empty chairs" , par Mike Yourke à la cathédrale de Chester

l’exposition « empty chairs » , par Mike Yourke à la cathédrale de Chester

littéralement : "Souriez votre sur caméra". La grammaire, c'est important.

littéralement : « Souriez votre sur caméra ». La grammaire, c’est important.

grande roue de Manchester

grande roue de Manchester

à l'école Chetham à Manchester

à l’école Chetham à Manchester

les marchands du temple de Chester

les marchands du temple de Chester

à Conwy

à Conwy

l'éléphant de Chester

l’éléphant de Chester

Chever goat coffee

Conwy sous la pluie depuis la muraille, avec le château en fond

Conwy sous la pluie depuis la muraille, avec le château en fond

à Llandudno, devant une église

à Llandudno, devant une église

Bonus poésie inconnue des locaux :

Megabite

Bientôt : du gallois, du Londres et du lac des cygnes.