Interlude : manuels scolaires et modernité

En effet, les manuels scolaires à destination des jeunes apprenants anglophones sont au taquet niveau théorie du genre et ont décidé de se débarrasser de nos encombrants marquages genrés : tout le monde est au même régime !

FLE manuel genre revolution famille cousineSelon les circonstances, c’est soit le féminin ▲ soit le masculin ▼ qui l’emporte.

FLE manuel genre revolution ameliePour les prénoms par contre ils n’ont pas encore trop rattrapé le wagon :

FLE manuel prenoms francaisBonus dérangeant :

FLE manuel chocolat au lait

Publicités

La religion à l’école 1/? : noël scolaire à l’église

ireland christmas carols school church altarUn vendredi matin d’avant les vacances, L. et je sommes allées écouter les élèves. C’était session chants de noël à l’église catholique (car tout village irlandais possède une église catholique romaine ainsi qu’une église catholique et protestante anglicane), et nous croyions naïvement qu’il ne s’agissait que de chansons un peu christo-compatibles (parce qu’événement organisé par l’école elle-même et ses enseignants, lesquels nous avaient assuré que non, non, rien à voir avec la religion).

En fait c’était des allumages et distributions de chandelles, saluts devant l’autel, discussions sur la lumière, la paix, une pensée pour Paris, Beyrouth et toutes les personnes qui peuvent souffrir en cette saison : sans-abris, solitaires, etc. Avec un rappel de ce qu’est noël à l’heure où beaucoup y voient une occasion d’avoir des cadeaux.

Un prêtre nous a donc expliqué que si le Père Noël vivait au Pôle Nord, Jésus était partout, que si le Père Noël se déplaçait en traîneau, Jésus était dans le vent, que si le Père Noël venait à nous par la cheminée, Jésus était toujours aussi proche de nous que son nom l’était de nos lèvres, etc.

Ce qui était assez perturbant.

l'église en question

l’église en question

la vue depuis l'église est chouette

la vue depuis l’église est chouette

Est-ce vraiment le meilleur moyen de lutter contre notre consumérisme que d’expliquer aux enfants comme vouloir quelque chose nous rend superficiel et pécheur si l’on omet d’expliquer dans la foulée qui ça arrange bien de nous faire désirer des inutilités et de nous pousser à consommer ? Je ne sais pas, mais je pense que non.

Ireland christmas carols school candlesIl y a notamment eu un accueil officiel des première année ainsi qu’une demande de bénédiction pour l’année scolaire à venir, pour que le harcèlement et les maltraitances ne soient pas permis.es, pour que chacun se sente épanoui.e et puisse œuvrer à réaliser ses rêves, etc. Le tout reposant notamment sur quatre grosses bougies rouges portées progressivement l’autel pour représenter chacune une partie de la communauté et un souhait s’y rattachant.

Des élèves de toutes les années assuraient le chant ou la musique et s’en sont très bien sorti ! Plusieurs membres de l’équipe pédagogique ont passé un temps considérable à tout organiser et assuraient en plus une fonction dans le rituel final.

à chaque fois on avait notre petite liste des chants entonnés, pour ceux qui voulaient s'y joindre

à chaque fois on avait notre petite liste des chants entonnés, pour ceux qui voulaient s’y joindre

Donc très sympa, mais très Jésus.

Le week-end, pour l’arrivée du père noël au village et l’allumage du sapin local (devant un pub, parce qu’on a quand même des principes dans ce pays) c’était crèche vivante, avec élèves de maternelle et primaire costumés, accompagnée du retour de la vengeance des cantiques retraçant le parcours de Jésus qui, n’en doutons pas, doit en être tout à fait régulièrement ravi depuis presque 2000 ans.

Globalement c’était bien encadré, chaleureux et mignon, les chants des plus jeunes s’élevant parfois avec un enthousiasme certain – plus ou moins en accord avec la mélodie générale – et l’ambiance joyeuse permettant au village de se réunir avant les départs en vacance et festoyages familiaux. Néanmoins, pour moi, ça a été un petit choc culturel que d’assister à des manifestations religieuses organisées par des écoles.

Les méthodes d’apprentissage du français : Mrs Van de Trampp et l’alphabet

wales french manualsLes pays, écoles et enseignants peuvent bien entendu avoir des méthodes et manuels différents. Néanmoins, Mrs Van de Trampp et l’alphabet restent apparemment constants dans les pays anglophones.

Certains livres poussent le vice jusqu’à représenter des gamins déprimés portant des prénoms de la première guerre mondiale ► là où d’autres s’efforcent d’actualiser leurs contenus autant que faire ce peu. Étant moi-même très loin d’avoir les capacités pédagogiques et artistiques nécessaires à la composition de tels ouvrages, je suis juste amenée à m’amuser parfois de petites fautes et autres étrangetés auxquelles on ne réfléchit pas forcément lorsque l’on est natif de la francophonie.

Mrs Van de Trampp est un acronyme à vocation mnémotechnique constitué par l’initiale des verbes se conjuguant avec l’auxiliaire « être » au passé composé :

Monter
Rester
Sortir

Venir
Aller
Naître

Descendre
Entrer

Tomber
Retourner
Arriver
Mourir
Passer
Partir

 Quant à l’alphabet français, ma foi, sans enseignement de l’alphabet phonétique aux élèves les manuels scolaires font comme ils peuvent :

alphabet francais phonetique anglaise

Être assistant de français au Royaume-Uni 2/3 : l’école, ses élèves et le pays

mayor of London

le maire de Londres

Les règlements intérieurs des établissements au Royaume-Uni m’ont semblé globalement plus stricts que ceux en vigueur en France ; non seulement car les élèves doivent porter un uniforme, mais surtout car le pays semble avoir une vision de l’école ainsi que des principes d’interaction sociale différents.

Bien que les Écossais comme les Gallois aient leur propre parlement et ne se considèrent pas « Anglais » – les premiers disant de ces derniers que ce sont des « cousins » et les seconds n’en parlant pas – relativisant ainsi le nom du pays, les écoles publiques respectent le cliché national.

par souci de neutralité cet article sera illustré par le casting de Sailor Moon

par souci de neutralité cet article sera illustré par le casting de Sailor Moon

Bien sûr, toutes les écoles n’adoptent pas le même règlement. Cela dit, en sus de l’uniforme, elles partagent d’autres pratiques et il est par exemple courant que le porteur de bijoux considérés par un enseignant comme trop voyants et/ou nombreux soit obligé de les retirer, ou que ceux qui ont du vernis à ongle et/ou du maquillage puissent être accompagnés dans une salle proche où démaquillant et dissolvant sont à disposition.

royaume-uni france drapeauxNous avons tous une opinion en ce qui concerne l’intérêt de l’uniforme, l’importance de la discipline, etc. et je ne suis bien sûr pas en position de désigner quelle méthode est la meilleure pour atteindre quel objectif, néanmoins, et quoiqu’on puisse ne pas s’y attendre étant donné la proximité géographique et chromatique de nos pays, le Royaume-Uni et la France ne fonctionnent pas de la même façon et il peut valoir le coup d’être un peu préparé, non seulement pour travailler dans un établissement scolaire, mais aussi pour faire face à l’étrangeté de la vie de tous les jours.

Par exemple ici ils ne rigolent pas avec l’âge légal et ma coloc allemande de 23 automnes n’a pas pu acheter de couteaux à notre arrivée, car sa pièce d’identité étrangère a été refusée (il faut en effet plus de 18 ans pour acheter des couteaux ; les mineurs ne mangeant que de la bouillie, de la purée et des yaourts, ça tombe bien !), la caissière a de plus refusé que je les achète à sa place car j’allais les lui donner ensuite – on a essayé d’expliquer qu’on habitait ensemble et qu’on avait besoin de couper des trucs en plus petit mais y’a pas eu moyen, nous nous sommes donc contentées des trop grands couteaux trop affûtés que nous avions sur place. Florine en a fait une bédé, je suis tout némotion *^* . Dans la même veine, R., qui avait alors 30 ans, a également dû fournir son passeport pour avoir le droit d’acheter une bière au supermarché, et moi-même, du haut de mes 26 avrils, me suis vue demander ma pièce d’identité dans un pub pour un jus d’orange (ma dignité ne s’en remettra probablement jamais).

Les « darling » , « sweetie » , « honey » , « dear » , « love » et autres appellations affectueuses de la part d’étrangers peuvent être surprenantes au premier abord, surtout au sein du milieu professionnel. Elles vous viseront particulièrement si vous avec l’air d’un enfant et/ou de ne pas avoir de pénis, et ce d’autant plus si votre interlocuteur est un mâle ou une femme plus âgée.

Dans le cadre plus restreint de l’école, les élèves sont intouchables, au sens littéral : il ne faut aucun contact physique avec eux. Par contre, certains profs n’hésitent pas à leur hurler dessus dans le couloir après les avoir fait sortir de classe, ou à les humilier devant leurs camarades. C’est une autre culture.

en classe : pensée du jour sponsorisée par Jésus

en classe : pensée du jour sponsorisée par Jésus

Le port de signes religieux considérés en France comme « ostensibles » n’est pas interdit, les jeunes filles peuvent donc par exemple venir en classe couvertes d’un voile ; pour peu que ce dernier soit aux aux couleurs de l’uniforme scolaire et laisse leur visage visible. D’ailleurs, Jésus et consort ont davantage de place en classe et les élèves ont des cours de religions.

Néanmoins, les conseils bibliques ne sont pas les seules ornementations disponibles et les salles de classe sont en général richement décorées à grand renfort de couleurs et d’astuces placardées sur tous les murs, des chiffres au vocabulaire en passant par les salutations de base ainsi que quelques blagues régionales :

classroom francais negation construction ne jamais pas rien burger gateau classroom bretons parisiens kenavo

► La suite et fin de cette série d’articles arrivera l’an prochain, post-Leprechaunie, en attendant il va y avoir de la France, du départ et peut-être des énervements passagers.

Des nouvelles de Rydal Penrhos à Colwyn Bay

Suite à l’embauche d’une nouvelle assistante de français à l’école de Rhydal Penrhos à Colwyn Bay, j’ai momentanément passé l’article sur l’hébergement déplorable que cette école avait attribué à ses précédentes assistantes en brouillon. Puisqu’une des enseignantes de l’école clame qu’ils rénovent actuellement le bâtiment, j’attends de voir ce qu’il en est (de vrais travaux ou les même coups de peinture sur le moisi effectués l’an dernier).

Je ne posterai de ce fait pas les commentaires de cette dame à la suite de l’article concerné, les voici donc ici -avec mes réponses- au cas où elle repasserait :

De quel droit vous permettez-vous de publier ces photos?! Pour votre gouverne sachez que P[ø]* et R[ø]* (name and shame, ça marche dans les deux sens) ont eu l’occasion de nombreuses fois d’être relogées dans un des autres pensionnats ou chez d’autres professeurs, ce qu’elles ont refusé plusieurs fois.
Vous n’avez jamais mis les pieds dans cette école, je vous conseille donc de vous renseigner sur les deux côtés de l’histoire.

* J’ai censuré les prénoms car je n’en publie pas sur ce blog (pas même le vôtre madame, et quoique vous disiez de « name and shame » en oubliant apparemment la différence entre des individus et un établissement).

► Je ne vois pas vraiment de quel droit vous venez m’agresser ici en réalité. Vous mentez au sujet des relogements, car toutes les options qui leur ont soit-disant été offertes au long de l’année ont par la suite mystérieusement disparu. La dernière en date, à savoir le relogement chez une enseignante, serait tombé à l’eau car deux autres assistantes (de sport) rejoignaient la résidence et que P. n’y serait donc plus seule. Dans la même veine, des travaux avaient été promis lors des vacances de noël et… rien.

De plus, ces photos sont de moi. J’ai constaté la puanteur moi-même, ainsi que l’étendue de la moisissure murale, les murs intérieurs suintants et l’impossibilité de contrôler les radiateurs comme de fermer la porte de la salle de bain.

PS je continuerai de commenter jusqu’à ce que ce post diffamatoire qui ne présente qu’un côté de l’histoire soit effacé.

► Ce post n’est pas diffamatoire, mais si vraiment vous rénovez le bâtiment en question, je suis prête à le suspendre en l’attente des résultats des travaux.