La Thaïlande : désaxage sous les dorures, les plus et les moins

la Thaïlande a certains des plus chouettes gardiens du monde

Si j’aime bien rigoler sur l’aspect « bling-bling » qu’impliquent les-dites dorures, le fait est qu’on en a pris plein les mirettes et que le décalage – esthétique mais pas seulement – entre la France et la Thaïlande peut créer quelques situations de déséquilibre référentiel (sachant que je pars d’une grille française de métropole). La déférence envers le roi défunt par exemple est tellement omniprésente qu’on s’est presque fait un jeu d’inspecter tous les endroits possibles où un autel pourrait se dissimuler, comme évoqué dans l’article sur Bangkok. Mais l’expérience de l’étrangeté du pays ne se résume bien évidemment pas à sa politique, aussi ais-je essayé de réunir quelques éléments qui ont retenu mon attention pendant notre séjour.

Tout d’abord, essentiellement parce que je n’avais jamais fait attention auparavant et que les représentations de Bouddha sont légion en Thaïlande, j’ai appris ici qu’il avait les pieds plats.

Aussi, les bouteilles et canettes offertes aux statues sont généralement ouvertes et munies de paille, les statues elles-mêmes sont souvent vêtues, ce qui n’est il est vrai pas exclusif au pays mais toujours sympa pour elles.

Autre détail : les canalisations ne pouvant souvent pas supporter le papier toilette, il est recommandé de jeter ce dernier dans une poubelle à côté de la cuvette. Ceci ne pose de soucis qu’aux personnes habituées au papier ou dans les WC dépourvus de douchette, certes, mais ça peut en dérouter certains.

À Bangkok, certains centres commerciaux de luxe ressemblent à ceux qu’on croise n’importe où ailleurs dans les capitales du monde. Celui dans lequel je ne me suis pas du tout perdue possédait notamment  une cascade. Nous avons profité des connaissances urbaines de nos hôtes pour y tester un cinéma, où il est de coutume de se lever avant le début du film pour regarder, si possible avec des étoiles dans les yeux, une vidéo présentant le roi, sa vie et son œuvre.

Par contre, certains aspects m’ont nettement moins plu, à commencer par le nombre de chiens et chats souffrants et laissés à l’abandon, en pleine ville.

un chat du wat Arun pour illustrer ce point, maigre mais au moins pas trop maladif

Météorologiquement parlant, la chaleur et l’humidité peuvent se montrer très pénibles selon l’état de santé des visiteurs, attention donc à vous renseigner avant de partir.

Enfin, si Bangkok et Chiang Mai sont réputées pour être plutôt tranquilles, ça n’est pas le cas d’une partie des îles, dont celle de Kho Tao, vendue comme un paradis mais où plusieurs touristes ainsi que travailleurs étrangers ont trouvé la mort. Beaucoup de suicidés par pendaison aux dires de la police, certaines victimes avaient toutefois les deux mains attachées dans le dos, ce qui pourrait faire douter de l’approche des forces de l’ordre. Prudence, donc.

Publicités

La religion à l’école 1/? : noël scolaire à l’église

ireland christmas carols school church altarUn vendredi matin d’avant les vacances, L. et je sommes allées écouter les élèves. C’était session chants de noël à l’église catholique (car tout village irlandais possède une église catholique romaine ainsi qu’une église catholique et protestante anglicane), et nous croyions naïvement qu’il ne s’agissait que de chansons un peu christo-compatibles (parce qu’événement organisé par l’école elle-même et ses enseignants, lesquels nous avaient assuré que non, non, rien à voir avec la religion).

En fait c’était des allumages et distributions de chandelles, saluts devant l’autel, discussions sur la lumière, la paix, une pensée pour Paris, Beyrouth et toutes les personnes qui peuvent souffrir en cette saison : sans-abris, solitaires, etc. Avec un rappel de ce qu’est noël à l’heure où beaucoup y voient une occasion d’avoir des cadeaux.

Un prêtre nous a donc expliqué que si le Père Noël vivait au Pôle Nord, Jésus était partout, que si le Père Noël se déplaçait en traîneau, Jésus était dans le vent, que si le Père Noël venait à nous par la cheminée, Jésus était toujours aussi proche de nous que son nom l’était de nos lèvres, etc.

Ce qui était assez perturbant.

l'église en question

l’église en question

la vue depuis l'église est chouette

la vue depuis l’église est chouette

Est-ce vraiment le meilleur moyen de lutter contre notre consumérisme que d’expliquer aux enfants comme vouloir quelque chose nous rend superficiel et pécheur si l’on omet d’expliquer dans la foulée qui ça arrange bien de nous faire désirer des inutilités et de nous pousser à consommer ? Je ne sais pas, mais je pense que non.

Ireland christmas carols school candlesIl y a notamment eu un accueil officiel des première année ainsi qu’une demande de bénédiction pour l’année scolaire à venir, pour que le harcèlement et les maltraitances ne soient pas permis.es, pour que chacun se sente épanoui.e et puisse œuvrer à réaliser ses rêves, etc. Le tout reposant notamment sur quatre grosses bougies rouges portées progressivement l’autel pour représenter chacune une partie de la communauté et un souhait s’y rattachant.

Des élèves de toutes les années assuraient le chant ou la musique et s’en sont très bien sorti ! Plusieurs membres de l’équipe pédagogique ont passé un temps considérable à tout organiser et assuraient en plus une fonction dans le rituel final.

à chaque fois on avait notre petite liste des chants entonnés, pour ceux qui voulaient s'y joindre

à chaque fois on avait notre petite liste des chants entonnés, pour ceux qui voulaient s’y joindre

Donc très sympa, mais très Jésus.

Le week-end, pour l’arrivée du père noël au village et l’allumage du sapin local (devant un pub, parce qu’on a quand même des principes dans ce pays) c’était crèche vivante, avec élèves de maternelle et primaire costumés, accompagnée du retour de la vengeance des cantiques retraçant le parcours de Jésus qui, n’en doutons pas, doit en être tout à fait régulièrement ravi depuis presque 2000 ans.

Globalement c’était bien encadré, chaleureux et mignon, les chants des plus jeunes s’élevant parfois avec un enthousiasme certain – plus ou moins en accord avec la mélodie générale – et l’ambiance joyeuse permettant au village de se réunir avant les départs en vacance et festoyages familiaux. Néanmoins, pour moi, ça a été un petit choc culturel que d’assister à des manifestations religieuses organisées par des écoles.