Six mois : récapitulatif via bazar photographique 2.0

C’est de la triche je sais mais les photos sont assez difficiles à mettre en page dans le contenu des articles, ça ne marche jamais comme je veux parce que je suis une empotée de l’interface utilisateur, donc c’est plus simple comme ça.

appétissante enseigne au marché de noël de Manchester

appétissante enseigne au marché de noël de Manchester

Elvis se cache en fait au premier étage du marché couvert de Cardiff

Elvis se cache en fait au premier étage du marché couvert de Cardiff

Dumbledore est à Londres :

haniwa 埴輪, préfecture d'Ibaraki, Japon, environ -500, British museum

haniwa 埴輪, préfecture d’Ibaraki, Japon, environ -500, British museum

Pendant que le Tibet fabrique des trompettes en fémurs humains :

XIXème siècle, British museum

XIXème siècle, British museum

Selon votre affection de l’argot, le nom de ce pub londonien peut se lire « la taverne du vieux coq » ou « la taverne de la vieille bite » :

même si pour être honnête ils ont un poulet sur leur enseigne

même si pour être honnête ils ont un poulet sur leur enseigne

A Bath, l’église de Saint Michel En-Dehors possède non seulement une boutique mais également un café :

"en-dehors" parce que première église construite à l'extérieur des murs de la ville

« en-dehors » parce que première église construite à l’extérieur des murs de la ville

devanture attrayante à Bath

devanture attrayante à Bath

Partie sauvetage de l’âme :

Jésus espionne les visiteurs de la cathédrale de Chester depuis les recoins des vitraux

Jésus espionne les visiteurs de la cathédrale de Chester depuis les recoins des vitraux

ange déprimé à la cathédrale de Bristol

ange déprimé à la cathédrale de Bristol

un vitrail en l'honneur de World of Warcraft ?

un vitrail en l’honneur de World of Warcraft ?

L’intérieur du donjon normand de Cardiff, qui n’a pas survécu aux décennies de conflits locaux puis nationaux :

Cardiff norman keep inside

rayon de soleil à Betws-y-Coed

rayon de soleil à Betws-y-Coed

à Caernarfon, les affiches seront en latin avant de considérer l'anglais

à Caernarfon, les affiches seront en latin avant de considérer l’anglais

Proposition galloise pour régler ce problème de la conduite sur le bon ou mauvaise côté de la route :

They see me rollin' ♪

They see me rollin’ ♪

Et parce qu’ébouillanter les gens est tellement plus convivial que de mettre de fichus mélangeurs :

" attention cette eau peut devenir très chaude, faites attention s'il-vous-plait "

« attention cette eau peut devenir très chaude, faites attention s’il-vous-plait »

Enfin, bonus « et bon appétit bien sûr » :

Publicités

Deux mois et demi : récapitulatif via bazar photographique

Comme je mets plein de photos de côté quand je rédige les articles et que c’est assez frustrant, j’ai décidé d’en sortir quelques unes pour fêter mes premiers mois ici et recommencer sainement à accumuler des clichés au retour des vacances de noël.

depuis la fenêtre de ma chambre

depuis la fenêtre de ma chambre

Wales rocky beach

"tortuellement génial"

« tortuellement génial »

thé gallois : il faut commencer par les sandwichs et monter progressivement (je me suis faite engueuler d'avoir tapé dans les scones d'entrée de jeu)

thé gallois : il faut commencer par les sandwichs et monter progressivement (je me suis faite engueuler d’avoir tapé dans les scones d’entrée de jeu)

l'exposition "empty chairs" , par Mike Yourke à la cathédrale de Chester

l’exposition « empty chairs » , par Mike Yourke à la cathédrale de Chester

littéralement : "Souriez votre sur caméra". La grammaire, c'est important.

littéralement : « Souriez votre sur caméra ». La grammaire, c’est important.

grande roue de Manchester

grande roue de Manchester

à l'école Chetham à Manchester

à l’école Chetham à Manchester

les marchands du temple de Chester

les marchands du temple de Chester

à Conwy

à Conwy

l'éléphant de Chester

l’éléphant de Chester

Chever goat coffee

Conwy sous la pluie depuis la muraille, avec le château en fond

Conwy sous la pluie depuis la muraille, avec le château en fond

à Llandudno, devant une église

à Llandudno, devant une église

Bonus poésie inconnue des locaux :

Megabite

Bientôt : du gallois, du Londres et du lac des cygnes.

Chester et noël

Chester town hall christmas market

Au pied de la fameuse mairie dont la tour n’a que trois horloges (cf. le traitement plus « historique » de Chester entamé il y a deux jours) se trouve le gros des chalets du marché de noël ainsi que le stand d’activités pour nains. En descendant vers les rues Eastgate et Watergate par la Northgate, on peut croiser quelques chanteurs et musiciens ainsi que de tout aussi inévitables qu’infâmes mascottes de noël.

IMG_20141207_140351Et c’est du sérieux, le Japon n’a qu’à bien se tenir ! Si on échappe de peu, mais avec reconnaissance, à l’ambiance musicale par hauts-parleurs (probablement grâce aux très bons musiciens de rue locaux qui se chargent de nous carillonner les cantiques traditionnels d’une bien plus agréable façon) on croise tout de même des personnages emblématiques de cette enchanteresse période de l’année tels qu’un lutin de noël et un pudding. Sur la droite, une petite fille a été convaincue de vendre son âme grâce au sourire jovial de l’assistant du père noël géant qui émet des ondes de contrôle cérébral depuis la pointe de son bonnet.

Directement sur la droite, après le croisement de ces trois rues, surplombée par l’église de saint Pierre (ainsi que par les galeries marchandes nichées sous les voutes à colombages des maison voisines) trône la Croix de Chester.

depuis l'entrée de Bridge street vers le croisement des rues Northgate, Eastgate et Watergate

depuis l’entrée de Bridge street vers le croisement des rues Northgate, Eastgate et Watergate

Ancien carrefour romain au cœur de la ville, la croix médiévale montée sur un pilier qui en marque désormais l’emplacement et a d’ailleurs donné son nom au lieu a été endommagée pendant la guerre civile du XVIIème siècle mais reste un point de rencontre particulièrement pratique. Un crieur public y vient toujours, quoique seulement durant les mois d’été, à midi ; je n’ai absolument aucune idée de ce qu’il peut bien annoncer aux gens, mais il a apparemment une jolie tenue rouge avec des grandes chaussettes.

Continuant le long de Bridge street, vers la sortie de la ville et le quartier résidentiel chicos de l’autre côté de la rivière, on peut croiser le sourire bienveillant assorti d’un clin d’œil complice du diable qui veille sur une verrerie, en plus de divers restaurants d’un certain âge (où les pans de bois qui composent les façades doivent négocier leur espace vital avec des vitraux envahissants) et un magasin de poupées que je trouve personnellement très préoccupant.

Chester restaurant Bear and BilletIMG_20141207_154457

Chester dolls shopImmédiatement après le pont une prairie à meuh jouxte les maisonnées fort confortables d’apparence. C’est peut-être le seul endroit de la ville où on ne trébuche pas sur de la pierre sanctifiée (et je ne blague pas, il y avait tellement d’églises au mètre carré que la ville a été obligée d’en reconvertir en salles des fêtes et en musées).

en revenant vers la ville, deuxième vache à droite et tout droit jusqu'au matin

en revenant vers la ville, deuxième vache à droite et tout droit jusqu’au matin

Derrière la colline les rameurs locaux font la course avec des canards (globalement ils gagnent).

Pour des raisons pratiques, le quota poulet sera assuré, ce jour, par les meuh.

voila

voila

A venir quand j’aurai fini d’avoir mal à la tête : du gallois et un peu de rattrapage londonien (pour le moment je n’ai mis que « Londres : passion tulipes » ).

Chester : la ville, son œuvre

Chester pedestrian street christmas

D'accord il n'en reste pas grand chose, mais bon le truc a quasiment 2000 ans et il fait un temps dégueulasse ici alors faites un effort, c'est noël

D’accord il n’en reste pas grand chose, mais bon le truc a quasiment 2000 ans et il fait un temps dégueulasse ici alors faites un effort, c’est noël

A la fin du règne de Vespasien, en 79, Rome a décidé que le meilleur moyen d’instaurer la paix sur les terres celtes de l’île de Bretagne était d’occuper militairement le terrain (ce qui est certainement une excellente stratégie vu qu’on l’applique encore de nos jours). Son armée fonde donc le camp de Deva Victrix, dont la position géographique permet aux légionnaires de lorgner sur l’Irlande tout en séparant deux tribus locales et en protégeant la nouvelle frontière du nord du Pays de Galles. La population du fort grossissant, il a fallut, en plus de lui filer du pain, bâtir un large amphithéâtre dont on peut voir les restes aujourd’hui au sud de la ville entre l’église de saint Jean-Baptiste et les jardins romains.

à gauche la muraille que tout le monde n'a pas arrêté de détruire pour reconstruire ensuite ; à droite des bains

à gauche la muraille que tout le monde n’a pas arrêté de détruire pour reconstruire ensuite ; à droite des bains

C’est de cette période que Chester a hérité son nom. Les suffixes « -chester » et « -caster », dont les toponymes locaux ne manquent pas, renvoient en effet au latin « castrum » : fort, camp.

la cathédrale vue de derrière

la cathédrale vue de derrière

En 410, les Romains rentrent au bercail et laissent la population locale se débrouiller avec les envahisseurs. En l’occurrence essentiellement des leprechauns, on a les ennemis qu’on mérite. Quand les divers Germains (Angles, Jutes, Saxons, Francs, Frisons, etc.) qui se trimballent en Europe décident de s’installer, ils démontent plein de bâtiments et pans de muraille pour faire leurs propres fortifications (même les barbares comprennent l’intérêt du recyclage et en 2014 on chouine à l’idée de trier le verre) Chester devient ainsi un burh (ceci est un vrai mot) du nom de Legacaestir.

debout ET avec le drapeau anglais. Non mais

debout ET avec le drapeau anglais. Non mais

La période qui a vu la fondation de la première église dédiée à saint Paul et saint Pierre est floue, car suite au comportement éco-responsable des Germains il n’y a pas suffisamment de restes pour déterminer l’âge des premières pierres de ce qui deviendra la cathédrale de Chester : pour certains on peut blâmer la christianisation des Romains, pour d’autres c’est la faute des Saxons. Toujours est-il que ces derniers ont fini par changer les serrures en faveur de sainte Werburgh. Du coup c’est l’église anglicane de saint Jean-Baptiste (ouverte à tous et à l’accès gratuit), supposément fondée en 689 par le roi Aethelred Ier de Mercie quoiqu’en réalité nous n’ayons pas tellement de preuve là non plus, qui se targue d’être le plus ancien bâtiment de la ville encore debout ▲

autel de l'église de saint Jean-Baptiste

autel de l’église de saint Jean-Baptiste

Bangor à gauche sous le point rose et Chester en bas à droite

Bangor à gauche sous le point rose et Chester en bas à droite

Hugues d’Avranches, premier comte de Chester nommé par Guillaume II de Normandie suite à l’invasion du XIème siècle, fortifie la ville et part à la conquête du nord du Pays de Galles, s’installant un petit pied-à-terre sympa à Bangor et atteignant même l’île d’Anglesey. Il transforme la basilique consacrée à sainte Werburgh en un monastère bénédictin et, en bon chrétien, torture gaiement ses prisonniers gallois en leur arrachant les yeux et/ou coupant mains et pieds (c’est parce qu’ils étaient impurs, les vils), ce qui lui vaudra le surnom de « loup », que personnellement je trouve plutôt gentil vu le bonhomme.

sur Northgate Street, ancien quartier des cordonniers : saint Crispin, patron de ces derniers, à gauche ; Hugues d'Avranches à droite

sur Northgate Street, ancien quartier des cordonniers : saint Crispin, patron de ces derniers, à gauche ; Hugues d’Avranches à droite

La situation avec les Gallois est officiellement apaisée bien sûr, mais un passant – qui nous a interpelées alors que nous prenions des photos de cette sublime cathédrale dotée des plus beaux vitraux que notre espèce ait jamais produits – nous a très fièrement annoncé que s’il manquait une pendule sur la face ouest de la tour de l’horloge de la mairie, c’est pas parce que l’architecte irlandais était bourré mais qu’on allait quand même pas donner l’heure aux Gallois. D’accord.

La suite avec le marché de noël de Chester parce que là c’est déjà trop long.

La cathédrale de Chester

Vue sur le chœur depuis l'autel

Vue sur le chœur depuis l’autel

M. et je y sommes passées un jour d’endoctrinement éducation de nains, ils prenaient plein de place mais faisaient des trucs marrants (calligraphie, dessins héraldiques et autres artisteries christo-compatibles). Toutefois, pour cause d’absence d’envie de m’expliquer avec la justice britannique sur les raisons qui me poussent à regarder béatement des enfants œuvrer dans un lieu sacré sans avoir moi-même de soutane, je n’ai rien pour illustrer leurs multiples talents en représentation graphique de dragon à trois pattes et autres anges accidentés de la vie. A la place je peux par contre proposer de la mosaïque légère et joyeuse ainsi qu’une considérable quantité de quincaillerie comme par exemple :

Infanticide avorté sur céramique

Infanticide avorté sur céramique

Bling, bling, bling ♪

Bling, bling, bling ♪

mot-dièse troplaclasse, toi-même tu sais

mot-dièse troplaclasse, toi-même tu sais

Digivolution d’un monastère fondé par les Normands lors de leur invasion au XIème siècle, la cathédrale d’aujourd’hui présente des styles architecturaux disparates ainsi que de mââââââgnifiques vitraux (datant souvent du XIXème car les partisans de Cromwell se sont permis quelques hérésies lors de la guerre civile du XVIIème) comme celui-ci qui, en toute objectivité, est le plus beau qu’il m’ait été donné d’admirer durant toute ma longue expérience de trainage de guêtres en terres saintes ►

Chester cathedral cloister entranceLe cloître, normand d’origine, a été reconstruit au XVIème siècle. La statue inconfortable au milieu par contre se nomme « The Water of Life », est l’œuvre de Stephen Broadbent et siège au cœur de la bâtisse depuis 2004.

Chester cathedral cloister back

Chester cathedral prayersLa Lady Chapel était inaccessible pour cause d’invasion naine, mais à l’entrée il y avait tout de même un petit support à prière où chacun peut écrire et laisser une pensée destinée à orienter le prochain service voire à être lue dans la-dite chapelle. A l’intérieur, devant une assemblée d’enfants bien rangés, une dame poussait une petite fille avec une couverture sur les épaules et un bâton en main à se placer sous la statue de sainte Werburgh, grande bannisseuse d’oies et patronne de la ville, pour représenter son arrivée à Chester.

Au programme prochainement : la ville de Chester en elle-même, son marché de noël, un peu de Manchester et peut-être de l’Irlande (Dublin, Cork, Ring of Kerry & péninsule de Dingle avec en bonus les auberges où aller – ou pas -).

Et en attendant, Cthluhu :

Sous les pavés R'lyeh

Sous les pavés R’lyeh